logotype
img1
img2
img3
img4
img5
img6
img7
img8
img9
img10
img11
img12
img13
img14
img15
N°4
N°5
N°6
N°3
N°7
N°8
N°9

FLASH INFO 

Art Croissanceune nouvelle équipe, de nouveaux sujets, une nouvelle formule web gratuite ! 

Désormais de périodicité semestrielle, Art Croissance affirme sa volonté de partager la passion de l'art contemporain sans modération aucune en offrant une nouvelle formule web entièrement gratuite ! 

En savoir plus... 

Art Croissance ➡ N°8

Art Croissance ➡ N°7 

Art Croissance ➡ N°6

 

Art Croissance ➡ N°5

 

 Art Croissance ➡ N°4

  

 Art Croissance ➡ N°3

 

ARTWEEK parisienne 2014... 

La Foire internationale d’art contemporain (FIAC) souffle sa 41e édition, du 23 au 26 octobre...

Au programme : les œuvres de près de 3.500 artistes exposées au Grand Palais mais aussi hors les murs. A savoir : au Jardin des Tuileries, au Jardin des Plantes, au Museum d’Histoire naturelle, sur la Place Vendôme (œuvre très polémique de Mc Carthy), sur les berges de Seine rive gauche et enfin sur le Quai de la Cité de la mode et du design pour la déclinaison dite «off ». Sont présents près de 200 exposants de 26 pays différents. Symbole d'une mondialisation irréversible du marché de l'art, figurent même de nouveaux venus tels le Japon, le Portugal, l’Arabie-Saoudite, l’Inde et la Norvège. La France est cependant on ne peut mieux représentée (quantitativement) puisque 25 % des exposants sont tricolores, la seconde place revenant au pays de l’Oncle Sam… Avec la suisse Art Basel et la britannique Frieze, la FIAC s’est imposée comme l’un des « temples » incontournables du marché de l’art. Point important, Les événements culturels ont rarement été aussi nombreux dans le spectre de cette foire d’art contemporain dont l’aura est désormais mondial : ouverture de la Fondation Louis Vuitton , du Musée Picasso, des salons de la Monnaie de Paris, salons gravitant autour de la FIAC (SLICK, CUTLOG…), musées publics et espaces privés en effervescence, multiplication des ventes aux enchères… Que demande le peuple ?


 
Propos d'Europe 13
Le musée d'une nuit (script for leaving traces)
Fondation Hippocrène, du 3 octobre au 20 décembre 2014
 
Vue de l'exposition Propos d'Europe 13, Le musée d'une nuit (script for leaving traces)
Photo : Aurélie Cenno - Courtesy Fondation Hippocrène
 
Initié en 2013, dans le cadre de son nouveau cycle de partenariats avec des fondations européennes, la Fondation Hippocrène invite cette année du 3 octobre au 20 décembre prochains la fondation David Roberts Art Foundation (DRAF). Son commissaire, Vincent Honoré,  directeur de la DRAF nous proposant une exposition intitulée Le musée d’une nuit (script for leaving traces), titre empruntée d’un tableau de René Magritte daté de 1927. Investissant le siège de la fondation Hippocrène,  à savoir l’ancienne agence de l’architecte Robert Mallet-Stevens (1886-1945) daté lui aussi de 1927, et dont l’œuvre est méconnue et en grande partie détruite. Ce musée temporaire interrogeant la notion du temps et de la perte… Parmi les 2043 œuvres dont dispose la DRAF, y sont présentées dessins, sculptures, installations et éditions inédites de monuments de l’art moderne tels que Man Ray mais aussi d’artistes contemporains de pratiques diverses  résonnant avec la notion de perte, d’empreinte mais aussi de trace et dont certaines œuvres ont été crées spécialement pour cette exposition. Celle-ci se voulant pour Vincent Honoré « comme un scénario à jouer », la littérature lui offrant une voie où textes et œuvres s’articulent. A travers un rapport étroitement lié au modernisme, au surréalisme, au minimalisme, l’exposition est construite comme un récit.
 


« Véritables préludes flasques (pour un chien) 4/4 :
Mémoires d’un amnésique - ! »
Exposition du 1er octobre au 13 décembre 2014 à la Maison Populaire 
(9 bis rue Dombasle - 93100 Montreuil)

L'exposition « Véritables préludes flasques (pour un chien), Mémoires d’un amnésique - ! » constitue le quatrième temps du projet mené par les commissaires Marie Frampier et Ann Stouvenel. Ce dernier, né sous le signe de l'absurde, de l'humour ainsi que du catastrophisme enjoué, poursuit son schéma narratif divisé en quatre parties. Entre fiction et science-fiction, Mémoires d’un amnésique constitue le quatrième volet du projet mettant en scène deux théories contemporaines liées aux problématiques du monde actuel. Le début de cette exposition collective sera marqué par le travail narratif de l'artiste Nicolas Moulin (dont la pratique évolue entre vidéo, photographie, sculpture et écriture), celui-ci ayant été invité cette été à écrire une fiction sur les mystères de Montreuil et les zones obscures d’une Maison Populaire fantomatique…

L'exposition s'articule d'une part autour de la théorie du catastrophisme éclairé, cette dernière définie en 2002 par le philosophe Jean-Pierre Dupuy, et d'autre part autour de la théorie de « junkspace » établie par l'architecte théoricien et urbaniste Rem Koolhaass en 2001 par le spectre d'une analyse de la « ville générique ». Le catastrophisme éclairé de Jean-Pierre Dupuy dessine une possibilité de sortie pour l'humanité, cette sortie ayant pour but de nous éviter la catastrophe annoncée qui nous guète, en se projetant conceptuellement dans le temps post-apocalyptique. Jean-Pierre Dupuy part de l'idée qu'il nous faut « inscrire la catastrophe dans l’avenir » en la considérant comme « inéluctable » si l’on espère bien sûr en « détourner le cours ». La caractéristique fondamentale de la catastrophe est, en effet, que tant qu’elle demeure dans le domaine du possible (et en attente de réalisation), elle se présente comme lointaine et incertaine, et par conséquent non crédible… Jean-Pierre Dupuy rappelle la nécessité de nous représenter la catastrophe en modifiant notre conception du temps. Ainsi le catastrophisme éclairé de Jean-Pierre Dupuy dessine un temps non pas chronologique mais circulaire… Voilà pourquoi l'exposition s'articule autour d'allers-retours temporels ainsi que de tourments venus du futur… Par conséquent, le fil conducteur de Mémoire d'un amnésique évolue autour des cauchemars catastrophistes et paranoïaques d'un personnage chinois fictif dont la vie se situe entre l'enfermement et la redécouverte du monde. Ce personnage fictif  - et qui n'est pas sans rappeler le mouvement survivaliste - vit caché, reclus du monde, afin de se préserver dans l'éventualité d'une hypothétique catastrophe, se projetant dans le temps de l'après-catastrophe afin d'en comprendre les conséquences…

Rem Koolhaass, quant à lui, révèle à travers ses écrits la nécessité de la posture intellectuelle de l'architecte au coeur de la société contemporaine. Le "junkspace" de Rem Koolhaas, recueil de trois essais (Bigness, La Ville Générique, Junkspace), est un manifeste rétroactif sur les villes d’aujourd’hui, Koolhaas concevant la ville comme une grand récit où s’écrivent les histoires des habitants. En effet, l’autonomisation des intérêts et des buts poursuivis par chacun des acteurs construisant la ville aboutit à un espace de juxtaposition d’édifices autistiques sur des territoires qui ne sont unifiés que par des réseaux techniques. Il en découle un espace dont la seule cohérence repose sur les valeurs marchandes et utilitaires. Ainsi, cette « ville générique » tendrait à devenir le « modèle » ou plutôt le résultat de forces qui envahissent le monde contemporain…  

Autour de ces problématiques d'actualité une douzaine d'artistes investissent la Maison Populaire du 1er octobre au 13 décembre  2014. 

L'ampoule de Livermore (2012), de Maxime Bondu se veut une forme de témoignage du génie humain en terme de lumière artificielle. Cette ampoule émettant de la lumière sans faiblir depuis plus d'un siècle dans une caserne de pompiers à Livermore, Californie.Cette oeuvre de Maxime Bondu engage une réflexion sur les modes de production contemporains des objets. The Great Evidence (2014) de l'artiste Tianzhuo Chen dévoile un univers post-apocalyptiques peuplé de monstres. L'artiste ajoute à des livres chinois (dédiés à des rituels de la vie quotidienne chinoise) ses dessins un brin surréalistes transformant les scènes de vie en spectacle mortuaire à vous glisser le sang. 

Précursion, l'installation en réseau de Thierry Fournier questionne à sa manière la fictionnalisation du réel. Cette installation produisant à l'infini en temps réel un montage associant trois élément : information en continu puisée via les flux RSS, musiques de films et une vidéo tournée In Situ dans la zone de Montreuil à l'aide d'un simple smartphone. 

Laura Gozlan et son installation In Situ Underworld Plaza va puiser dans l'univers cinématographique et joue avec les architectures en ruine. Enigmatique, faussement sucrée, l'installation s'approprie la Maison populaire qui est partie prenante de l'oeuvre. 

Uwe Henneken et ses sculptures issues de sa série V.O.T.E. nous proposent de petites créatures aussi attendrissantes que risibles, ces dernières surprises de découvrir le monde qui est le leur… Un monde post-apocalyptique, dévasté tout autant que porteur de promesses car offrant un nouveau départ à ceux qui s'y trouvent. 

Initié par le plasticien Jean-Luc Verna, le groupe I Apologize s'emploie à revisiter les images célèbres de l'histoire de l'art par le biais de la musique. Corps, musique éclectique et art fusionnant. 

Denis Villeneuve et son court-métrage nous proposent une plongée dans l'absurde et le grotesque. Onze personnes conviées à un banquet luxueux qui au final s'avère tourner en carnage gastronomique et la catastrophe répétititive de plus en plus imposante...

La peinture Rainbow de Xiang Liqing questionne la relation parfois conflictuelle entre l’homme et l’architecture. 

 

Enfin, toute personne qui se rendra à l'exposition sera accueilli par les sons du Plaxphone, instrument de musique fantasmé et réalisé par Xu Zhe. La bande sonore offrant aux oreilles des visiteurs un son s'apparentant à une voix cassée et brisée se muant petit à petit en une musique étrange et empreinte de mélancolie. 

  


Jeune Création investira pour sa 65ème édition le CENTQUATRE

Du 30 octobre au 2 novembre 2014

Du 30 octobre au 2 novembre prochain, Jeune Création investira pour sa 65ème édition le CENTQUATRE. Au programme : 53 projets inédits issus de jeunes artistes qui raviront tant les professionnels que les amateurs. Autour d’une programmation éclectique, expérimentale, pluridisciplinaire, se voulant le reflet de la diversité et le dynamisme de la scène contemporaine… Le comité de ce rendez-vous parisien incontournable a fait son choix parmi plus de 3000 dossiers. A noter que cette année le net art sera à l’honneur, un espace de création (White Screen) lui étant dédié. Gravitant autour du prix Jeune Création - SYMEV, de nombreux autres prix seront remis : le Prix Boesner, le Prix Résidence (permettant à un artiste de s'envoler pour le Japon), le prix à une galerie pour son action auprès des artistes émergents, les Coups de cœur d’Art Collector  qui donnera lieu à une exposition au Patio Opéra à Paris au printemps 2014. Enfin, par le biais de Lieux-Communs, plateforme artistique créée en 2010, membre du réseau d’art contemporain 50° Nord dont la philosophie est aussi d’exposer l’art hors des lieux habituels, l'artiste sélectionné  se verra exposé l’hiver prochain dans deux espaces en Belgique : à la gare de Namur ainsi qu’à la galerie Short Cuts pour une durée de 6 semaines…

Visuels des œuvres de gauche à droite : Pieter van der Schaaf, Bérengère Henin, Julie Brusley De gauche à droite : Pieter van der Schaaf, Bérengère Henin, Julie Brusley


 

 

 

    • Photo DocksArtFair™
  • Du 5 au 28 Septembre 2014 (Lyon / France) 

 

Pour sa 6ième édition, « DocksArtFair™ » créée l’évènement grâce à une manifestation inédite entièrement dédiée à la Photographie contemporaine et à l’Art Vidéo. 

Fortement attachée à son territoire, et toujours en recherche de synergie la foire « DocksArtFair™» annualise son rendez-vous : les années paires une foire unique - le solo show, les années impaires un focus sur la photographie.

Un concept inédit...

Un salon dédié à la photographie contemporaine et à l’art vidéo se présentant sous la forme d'une foire les trois premiers jours, et se prolongeant par une exposition de trois semaines. Il s’agit bien d’un salon, où artistes, galeristes, institutionnels, professionnels, collectionneurs et amateurs d’art contemporain se rencontrent. Les oeuvres resteront en place pour une exposition de trois semaines, le grand public et les scolaires pourront ainsi apprécier les oeuvres proposées dans une scénographie muséale. Les organisateurs de « Photo DocksArtFair™ » souhaitent avec cette nouvelle édition, conçue comme une exposition, mettre l’accent sur le rôle curatorial des galeristes. La manifestation s'impose aussi comme un évènement unique rythmé de soirées, de conférences, et de la « Nuit de la Photographie »...

Un salon pour une lecture de qualité...

Un espace d’exposition au coeur de la Confluence de Lyon, dans le bâtiment signé Odile Decq - Quai Rambaud où les galeries participantes de « Photo DocksArtFair™» mettront en lumière les artistes émergents et en voie de reconnaissance par le prisme de la photographie contemporaine et de l’art vidéo. Pas de stands traditionnels pour « Photo DocksArtFair™ », mais une scénographie au service des projets artistiques et des visiteurs. Aussi, le salon bénéficie d'une localisation centrale qui offre aux exposants de « Photo DocksArtFair™ » une visibilité accrue.

Pour plus d'informations sur l'événement rendez-vous sur le site du salon :  www.docksartfair.com

 


 

FIAC all around the world…

La Fiac annonce qu'elle va décliner sa marque à l'international, pour la première fois de son histoire, à Los Angeles en avril 2015. Reed Expositions (filiale de Reed Exhibitions, premier organisateur de salons dans le monde) cherchait depuis plusieurs années les possibilités d’exporter la Fiac sur ce qui reste (encore) aujourd'hui le premier marché au monde : les U.S.A. Modélisant  la Fiac à Paris, la Fiac L.A se tiendra Down Town, en avril 2015… Point troublant : aux mêmes dates que Paris Photo L.A ! Cette manifestation, toujours dirigée par Jennifer Flay, accueillera près d'une soixantaine de galeries d'art contemporain…

 

Art Brussels 2014

La nouvelle édition édition d'Art Brussels (32 au compteur), a confirmé une nouvelle fois sa vocation de faire découvrir à des prix « abordables »  (un peu mois de 10 fois le SMIC) des artistes « juniors ». En effet, sous l’impulsion de sa directrice, Katerina Gregos, près d'un tiers des exposants ont été renouvelés. Près de la moitié des 190 galeries ont choisi la section «Young & First » pour y présenter des artistes émergents, d’ailleurs souvent en solo-show. Désormais admise dans le top ten des meilleures foires au monde, ce sont au final près de 200 galeries qui y ont un stand ; car, faut-il le rappeler, on ne compte plus les galeries qui ouvrent leurs portes dans la capitale du « plat pays ». Françaises d’origine, bien souvent, Nathalie Obadia mais aussi Daniel Templon y sont présents depuis peu… La fiscalité belge, qui attire de plus en plus de français fuyant les « coups de massue » du trésor public tricolore, n’y étant bien évidemment pas étranger ! 

 

Quelques expositions en cours à ne pas manquer...

A small Man in a big world
RANCINAN & Caroline Gaudriault
Lancement mondial à Bruxelles 
Galerie Valérie Bach 
 25 / 04 / 2014 - 21 / 06 /  2014 

Le photographe RANCINAN et l’essayiste Caroline Gaudriault investissent la Galerie Valérie Bach et dévoilent en avant-première mondiale la série A small Man in a big world, série composée des nouvelles œuvres photographiques de RANCINAN accompagnées d’un essai issue d’une conversation entre Caroline Gaudriault et l'intellectuel américain Francis Fukuyama. Comme pour leurs travaux précédents, « METAMORPHOSES », « HYPOYHESES » et « WONDERFUL WORLD », le sujet central est l’Homme... Mais cette fois-ci abordé sous un autre angle : cet Homme devenu trop petit pour un monde en pleine mutation et à géométrie invariable. A l'aide d'une esthétique volontairement épurée, abstraite, résolument minimaliste, RANCINAN décide de créer sur la base d'une réflexion commune entre Caroline Gaudriault et Francis Fukuyama, théoricien de La fin de l’Histoire. Ce travail est un témoignage attentif tout autant que lucide du possible devenir du genre humain. Il scelle un dialogue entre image et pensée, entre art et littérature. Pour rappel, Caroline Gaudriault et RANCINAN dialoguent tous deux depuis plus de 15 années dans un perpétuel renouvellement. Ils conceptualisent ensemble leurs intentions artistiques, s’interrogent, se répondent et retranscrivent chacun leurs idées avec leur propre médium. 

 

  • Bill Viola au Grand Palais !
  • 05 / 03 / 2014 -  21 / 07 / 2014 

Le Grand Palais consacré une exposition à l’’artiste américain Bill Viola, le gourou de la vidéo nous livre des œuvres s’attachant à répondre aux grandes questions qui taraudent depuis la nuit des temps l’homo erectus. A travers les éléments, les fondamentaux intemporels existentiels, il nous hypnotise à l’aide de ces corps portés sur écrans géant qui se débattent. Lui qui adolescent se sentait plus attiré par le son que par l’image, nous livre une bande son qui amplifie les érectiles sensations que ses images nous occasionne…  L’expérience des limites n’est pas loin.

 

Lucio Fontana au Musée d’art moderne !
25 / 04 / 2014 - 24 / 08 / 2014

Considéré comme un des artistes majeurs du vingtième siècle, son œuvre a marqué plusieurs générations. Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente l’une des plus importantes rétrospectives de Lucio Fontana. En effet, pour la première fois en France depuis 1987, plus de 200 sculptures, toiles, céramiques et environnements permettent d’offrir une vision globale de son parcours atypique et de ses mues artistiques des années 20 à 1968. Ses célèbres toiles fendues, devenues iconique,  sont mises en regard d’œuvres moins connues, comme par exemple ses sculptures des années trente mais aussi ses céramiques…

 

FIGURE LIBRE : une manifestation biennale de la Galerie Nathalie Fiks à l'espace Commines...
05 / 06 / 2014 - 08 / 06 / 2014 

Espace Commines / 17 rue Commines - 75003 Paris

La seconde édition de FIGURE LIBRE, se tiendra du 5 au 8 juin 2014 à l'espace Commines, un lieu d’exposition prestigieux de 600 m2 au cœur du Marais. La Galerie Nathalie Fiks présentera le travail de 8 artistes plasticiens ainsi qu'une programmation de conférences, concerts et ateliers pour enfants.

FIGURE LIBRE est une exposition multiple mettant en scène divers médiums à travers des artistes contemporains issus  d'origines et cultures différentes. Aussi, les amoureux de la littérature et des sciences de l'art pourrons assister aux conférences samedi et dimanche autour de thématiques abordant entre autre les rapports entre les arts plastiques, les neurosciences et la psychanalyse, mais aussi les représentations du contemporain dans les arts visuels ou le monde du numérique...

Pour plus d'informations sur l'événement et sa programmation rendez-vous sur le site de la galerie : www.nathaliefiks.com

 


 

Le 104
Exposition collective Avec motifs apparents
22 / 03 / 2014 - 10 / 08 / 2014

Le 104 accueille cinq artistes et leur donne carte blanche afin de créer in situ une œuvre monumentale. Outre Pascale Marthine Tayou, Xavier Juillot, Jérémy Gobé, la jeune artiste française  Prune Nourry investit quant à elle la halle principale du CENTQUATRE et livre une œuvre inspirée par la célèbre armée de Xi’an, présentant ainsi sa propre armée de Terracotta Daughters. Dans la continuité de son projet Holy Daughters en Inde, l’artiste  s’intéressant cette fois-ci au déséquilibre démographique régnant dans l'Empire du milieu…

 

Images d'un monde qui passe
Yu Jen-chih
RED ZONE / Galerie d’Arts Contemporains (Genève)
07 / 01 / 2014 - 1 / 03 / 2014

Yu Jen-chih, ou Koko, taïwanais, s’inscrit dans la continuité de l’histoire de la gravure sur bois, tant celle de la période Tang en Chine et de la gravure des caractères et d’images de textes bouddhistes, que celle de la période de Hokusai et son œuvre, dont La Vague. Koko déclare que "la gravure est à la fois une passion et une forme de méditation: graver nécessite patience et recueillement pour se mettre en symbiose avec chaque oeuvre". Yu Jen-chih semble vouloir laisser deviner, tant dans sa gravure que dans sa peinture, les forces cachées sous ses représentations de paysages, souvent du nord, souvent glacés, parfois clairs, et alors lumineux... Cet artiste a de multiples visages: graveur, peintre, écrivain, critique d’art, expert en cinéma, amoureux de musique, et son œuvre reflète son caractère d’artisan qui réfléchit

 

  • Genesis 

  • Sebastião Salgado  

  • Maison Européenne de la Photographie (Paris)

  • 25 / 09 / 2013 - 05 / 01 / 2014

Genesis est l'exposition de Sebastião Salgado, un hyme photographique sans précédent à notre planète. Les 245 photographies exposées issues de huit ans de travail et d’une trentaine de voyages sont présentées selon un parcours composé de cinq chapitres géographiques ("Aux confins du Sud", "Sanctuaires naturels", "Afrique", "Terres du Nord", "Amazonie et Pantanal"). Soit, autant de régions du monde explorées par Sebastião Salgago qui tente de nous révéler (tant qu'il est encore temps) la quintessence de la beauté de notre planète...

 

Tour de Babel 
Galerie RX (Paris)
07 / 11 / 2013 - 07 / 01 / 2014

 A l’occasion de sa cinquième participation à Paris Photo, La Galerie RX propose en solo show les tirages grands formats des œuvres de Du Zhenjun, série Tour de Babel. Cet accrochage s’accompagnera d’une exposition personnelle dans les espaces parisiens de la galerie où seront également présentés des dessins préparatoires autour de cette série. Soit, une passerelle entre le trait et la photo...

 

Timescape
Une exposition de l'artiste Eric Bourret
Galerie Lazarew (Paris)
14 / 11 / 2013 - 28 / 12 / 2013

Dans le cadre de Paris-Photo, la Galerie Lazarew présente le travail d'Eric Bourret, artiste français vivant à la Ciotat et habitué des longs séjours dans les Alpes mais aussi (beaucoup plus loin) l'Himalaya. Les photographies d'Eric Bourret dévoilent un regard pictural autour de l'expérience de la marche. En effet, depuis plus de vingt ans ce marcheur-photographe arpente avec opiniâtreté les routes du monde et photographie avec obstination les montagnes de l’Himalaya ou encore des Alpes pour rendre visible "le temps des paysages". Le temps étant en effet primordial dans ce parcours physique et contemplatif. Au cours de ces longues marches d'immersion au sein de ces espaces intemporels, les repères sont sciemment brouillés...

 

Du métier à l’œuvre - Palm Springs 1960
Robert Doisneau 
Campredon Centre d'art 
26 / 10 / 2013 - 08 / 02 /  2014

La ville de l’Isle-sur-la-Sorgue présente une double exposition du photographe Robert Doisneau qui « toute sa vie s’est amusé, s’est fabriqué son petit théâtre », en mêlant intimement poésie et réalisme. Aux côtés des photographies noir et blanc prises à Paris et autour de la petite ceinture, l’exposition réunit aussi des clichés en couleur méconnus du grand public, ces derniers réalisés à Palm Springs (USA) en 1960. Avec « Robert Doisneau : Du métier à l’œuvre / Palm Springs, 1960 », CAMPREDON Centre d’art nous propose un autre regard sur l’œuvre d’une des grandes figures de la photographie française. Effet de contraste rétinal garanti !

 

 

 

  • 'absence-presence, twice

  • Mohssin Harraki & Joseph Kosut

  • Galerie Imane Farès (Paris)

  • 24 / 10 / 2013 - 21 / 12 / 2013

La galerie Imane Farès présente l'exposition ‘absencepresence, twice’ avec les artistes Mohssin Harraki (1981, Assilah, Maroc) et Joseph Kosuth (1945, Toledo, Ohio, États-Unis). Les deux artistes se connaissant et échangeant depuis plusieurs années, Mohssin Harraki avait déjà créé une vidéo en interviewant Joseph Kosuth pour son exposition ‘Some video dialogues with other artists’ au Lavomatic studio Seamus Farrell à Saint-Ouen en 2010. Cependant, c’est la toute première fois que les artistes exposent conjointement. 'Absence-presence, twice', titre de l'exposition, se réfère à la relation entre l’absence physique et l’espace mental que les deux artistes explorent sous la forme d'un dialogue.

 

ARTWEEK parisienne 2013... 

La FIAC 2013 a été unanimement saluée par les critiques et a rencontré un véritable succès public… Près de 75 000 entrées au total et une fréquentation en hausse.

Foire incontournable du « petit monde » de l’art, les collectionneurs et curators du monde entier ont investi la capitale. Pour le plus grand plaisir des anonymes ou des personnalités, les travaux des plus grands artistes contemporains y étaient représentés.

Tous les ingrédients étaient réunis pour que cette édition soit une franc succès, notamment grâce à des collaborations avec des professionnels usant de leur carnet d’adresses pour asseoir le rayonnement de la FIAC au niveau international… On peut citer entre autre RobertFitzpatrick, ancien directeur du MCA de Chicago.

Galeries, institutions, groupes de collectionneurs publics ou privés et spectateurs ont donc été conquis. La FIAC 2013 et son programme « Hors les Murs » investissant la capitale, avec cette année plus d’une cinquantaine d’œuvres accessibles à tout ce que Paris peut comporter de bipèdes, est pour beaucoup la plus belle des éditions à ce jour. N’en oublions cependant pas pour autant les autres salons qui méritaient le détour, comme cutlog ou Slick, qui gravitent autour de la FIAC et contribuent à la diversité artistique. 

 

 

Art Basel
13 / 06 / 13 - 16 / 06 / 13 

Se tiendra en juin prochain la 44ème édition suisse d’Art Basel. Pendant trois jours, Bâle deviendra de nouveau l’épicentre de la production contemporaine mondiale. Plus de 300 galeries d’art, provenant de 39 pays issues des cinq continents seront présentes. Incroyable fenêtre sur l’art contemporain, le gros de la manifestation se tiendra au Messezentrum, agrandi cette année avec une nouvelle extension du Hall 1.

Du secteur « Unlimited », dédié aux œuvres dites « hors normes », au secteur « Feature » dévoilant quant à lui des projets créés spécialement pour Art Basel, en passant par le secteur « Statements » faisant la part belle aux jeunes galeries et aux artistes émergents, ou en encore à travers le parcours hors des murs avec en accès libre 17 œuvres in situ et agrémentées de performances d’artistes... Les raisons de manquent pas de se rendre en Suisse pour des raisons autres que fiscales !

Art Basel, qui a attiré l’année dernière plus de 65 000 visiteurs devrait de nouveau faire « carton plein » pour le plus grand plaisir des collectionneurs et des exposantsnotamment issus de l’Asie qui accroit sa présence via les Philippines et Singapour.

 

Biennale de Venise 2013
01 / 06 / 13 - 24 / 11 / 13

La 55ème édition de la biennale de Venise se déroulera de mai à novembre 2013. Le festival cinématographique se tiendra, quant à lui, au Lido di Venezia à partir de fin août. 

Depuis plus d’un siècle la biennale de Venise est une des manifestations artistiques internationales les plus prestigieuses. Elle met en avant l'art contemporain sous ses diverses expressions : l'art, la danse, le cinéma, le théâtre, l'architecture ainsi que la musique.  Tous les deux ans y est remise cette  récompense tant convoitée : Les Lions d'Or.

La 55ème Biennale de Venise accueillera pour la première fois les Bahamas, le Royaume de Bahreïn, la République du Kosovo, le Koweït, les Maldives, la Côte-d'Ivoire, le Nigeria et le Paraguay. De plus, La prochaine Biennale de Venise aura un invité de marque et ô combien inattendu : le Vatican. Le Saint-Siège fera en effet partie des neuf nouveaux États à participer à l'une des plus prestigieuses expositions d'art contemporain dans le monde. La France sera représentée par l'artiste Anri Sala. 

 

Biennale de Lyon
12 / 09 / 13 - 05 / 01 / 14

Répartie en cinq lieux, la  biennale lyonnaise (créée en 1991) et qui célèbrera sa douzième édition cette année se tiendra du 12 septembre 2013 au 05 janvier 2014. Vous pourrez vous rendre dans les cinq lieux d’exposition suivants qui accueilleront en majorité des œuvres inédites créées pour l’occasion : La Sucrière (7000 m2), Le Musée d'art contemporain de Lyon ou MAC Lyon (3000 m2 ), La Fondation Bullukian, La Chaufferie de l'Antiquaille (300 m2) et L'Église Saint-Just (500 m2).

Cette année, le commissaire invité de la Biennale de Lyon 2013, Gunnar B. Kvaran, a convié des artistes du monde entier  travaillant dans le champ narratif et expérimentent, à travers leurs œuvres, les modalités et les mécanismes du récit. L’exposition met ainsi l’accent sur l’inventivité dont font preuve les artistes contemporains pour « narrativer » autrement des histoires. L’exposition fait ainsi se côtoyer sculptures, peintures, images fixes et animées, arrangements de textes/sons, et d’objets dans l’espace, performances…

Brendan Dugan, graphiste new-yorkais, a fait appel à Roe Ethridge pour proposer l’identité visuelle de la  12ème édition qu’il voulait en prise directe avec le thème de la narration, en travaillant sur la notion de personnages. Les images de la Biennale sont ainsi les premières « histoires d’artistes » qui nous sont racontées avant même d’entrer dans l’exposition.

 

BEIRUT ART FAIR 
19 / 09/ 13 - 22 / 09 / 13 

Pour sa quatrième édition, les organisateurs Laured’Hauteville, Pascal Odille et Jean-Marc Decrop collaboreront avec une cinquantaine de galeries représentant toute la diversité bouillonnante de cette région dynamique et ô combien porteuse dite ME.NA.SA.  (Moyen-Orient, Afrique du Nord, et Asie du Sud). Avec plus de 11 000 visiteurs en 2012, la foire est désormais le rendez-vous de tous les artistes et collectionneurs du monde entier. Se désirant comme un pont entre les cultures et au-dessus de tout clivage civilisationnel, Beirut Art Fair continuera à étendre son rayonnement sur la scène internationale.  

 Simeen Farhat - Red Flame, 2011 - Courtesy Art Chowk The Gallery, Pakistan/UAE


Gérard Rancinan & Caroline Gaudriault
Musée Danubiana - Bratislava
18 / 05 / 13 - 01 / 09 / 13

Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault seront prochainement en Slovaquie à l'occasion de leur prochaine exposition au Musée d'Art Contemporain Danubiana de Bratislava.
La TRILOGIE DES MODERNES continue donc sa tournée mondiale et s'enrichit d'une nouvelle série intitulée Chaos ; à travers celle-ci, Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault prolongent leur regard critique sur notre société et interrogent entre autre le rôle des médias aujourd'hui (à gauche  la dernière photographie de Rancinan intitulée PRESS POWER, ou la dictature des médias). Rendez-vous à Bratislava afin de découvrir ces dix nouvelles photos en avant-première, et de plus dans un lieu spectaculaire non loin du Danube.
 

Wim Delvoye 
Galerie Perrotin - Hong Kong 
03/04/2013 - 11/05/2013

La Galerie Perrotin organise du 3 avril au 11 mai une exposition sur Wim Delvoye. L'artiste belge, sans concession aucune, messie de la subversion, visionnaire et "objecteur de conscience" de notre société contemporaine, livrera au public quelques unes de ses dernières oeuvres. Après Paris l'an dernier, où son exposition au Louvre fit grand bruit, Hong-Kong n'a qu'à bien se tenir !
 

 

Le dessin sera à l'honneur dans la capitale à travers deux manifestations : 

DDessin 2013 / Focus sur la Galerie Graphem 

DDESSIN 2013
Atelier Richelieu
12/ 04 / 13 - 14 / 04 / 13

Pour sa première édition, DDessin s'empare des 700 mde l'Atelier Richelieu. Une vingtaine de galeries tant françaises qu'étrangères offrant aux spectateurs le meilleurs du dessin contemporain. Une black box dédiée au dessin en mouvement accueillera cinq vidéos d'artistes contemporains, tandis que la librairie-galerie de Ménilmontant Le Monte-en-l'air aura carte blanche et permettra de découvrir un large choix de dessins et d'éditions. De plus, un prix sera par ailleurs décerné lors de l'événement. A vos crayons ! 

 

 DRAWING NOW PARIS
 11 / 04 / 13 - 14 / 04 / 13

Foire d'art contemporain de référence dédiée au dessin, pour sa septième édition plus de 80 galeries sélectionnées investiront le Carrousel du Louvre. La Suisse sera à l'honneur, nous donnant ainsi l'occasion d'apprécier le dynamisme de sa création. Conférences, débats et rencontres animeront le salon... 

 Mohamed Lekleti - Double-je -  2012 - Technique mixte sur papier - Galerie D.X

 

 

Pat Andrea

Galerie / revue Area - Paris
26 /03/ 13 - 30 /04 / 13

Autour d'un thème ô combien d'actualité, l'argent comme seul critère de reconnaissance d'une oeuvre ou d'un artiste, Pat Andrea réalisera en présence du public un mural "gratuit" signant ainsi un geste symbolique et poétique. Cette oeuvre éphémère accompagnera les débats et les réflexions menés par la galerie Area autour de la marchandisation de l'art contemporain.   

Pour plus d'infos, rendez-vous sur le site : www.areaparis.com
 

 

Mardjan Bajic
Galerie RX - Paris & Ivry-sur-Seine
07 / 02 /13 - 06 / 04/13 

Mrdjan Bajic, Choisi en 2007 à la 52e Biennale de Venise pour représenter la Serbie, a un parcours étroitement lié à son pays d'origine et qu'il chérit tant. Témoin des soubresauts que sa nation a connu ces dernières années, elle est une partie intégrante de son travail. Usant des objets afin de leur donner une portée métaphysique, il s'empare des reliques de notre société industrielle et façonne son univers qu'il tend à la face du monde. L'occasion nous est donnée d'être les spectateurs de ses sculptures - qu'il qualifie d'objets sculturaux - façonnées par le biais d'assemblages inattendus où la porté philosophique, sociale, politique et politique ne sont jamais loin... 
 

 

ART PARIS ART FAIR 
28 / 03 / 13 - 01 / 04 / 13

Rendez-vous artistique incontournable annonçant le printemps, la foire accueille près de cent cinquante galeries du monde entier où cette année la Russie de Poutine (et désormais de Gérard Depardieu) est à l'honneur. Résolument tournée vers cet Est qui s'éveille, à travers ses zones émergentes où l'art investit petit à petit les salles de ventes du monde entier, les galeries sélectionnées sont jeunes, dynamiques et porteuses d'un regard qui contribue au renouvellement de la scène artistique mondiale. 
 

 

 

 

 

 

 
 
  •  
  •